Retour sur les faits…

Ce blogue a été dédié à ces artistes qui ont su se démarquer et utiliser leur notoriété afin de changer les choses autour d’eux et ailleurs. En faisant des recherches approfondies sur les vies des différents artistes, j’ai pu constater le grand degré d’implication de certains d’eux, qui, souvent ont dû abandonner un lieu de tournage, ou encore un concert ou évènement musical afin de militer pour une cause qui leur tenait à cœur, et ce, sans retour monétaire.

Souvent, ces artistes militent pour une cause qui est loin d’affecter leur quotidien ou même leur entourage direct ou indirect. Ce sont donc des personnes qui pratiquent de l’humanitaire au vrai et sens large du terme. On assiste par exemple à une vraie implication de Bono pour combattre la propagation du sida en Afrique et fournir les conditions propices à la guérison des séropositifs.

N’oublions pas non plus les artistes qui se lancent en politique, que ce soit en retournant à leur pays d’origine ou dans leur pays d’accueil, citons dans ce cas les exemples de Wyclef Jean et d’Arnold Schwarzenegger, pour n’en nommer que quelques uns…

Pour finir, merci à nos chers lecteurs d’avoir consulté avec intérêt l’ensemble des articles de notre blog.

Et au final ? …

Faisant des études de géopolitique et m’intéressant particulièrement à l’Art, j’avais envie de montrer les interconnexions entre ces deux mondes si distincts, mais pourtant similaire. Je me suis concentrée sur les stratégies de communication du monde artistique et du monde politique pour montrer à la fois leurs similitudes et leurs interdépendances.

En premier lieu, me concentrant en même temps sur le rôle d’un président, d’une si grande puissance que sont les Etats-Unis, et sur le rôle d’un acteur, jouant sur les tonalités, les mots et les expressions faciales, j’ai voulu démontrer à quel point une bonne stratégie de communication peut bouleverser l’histoire de plusieurs Nations. L’exemple de Ronald Reagan est le plus adapté à la situation : bon orateur et politicien entré dans les mémoires, certains disant qu’il s’exprimait bien mais n’avait que très peu d’idées politiques.

Je voulais aussi aborder le thème de l’humanitaire et sa commercialisation grâce aux popularités … Dans ce thème là, tant le monde politique que le monde artiste semblent perdre leur indépendance pour former qu’une seule entité. Est-ce positif ? Est-ce négatif ? Je ne sais pas moi même, mais il est désormais certain que les puissants de ce monde ont la capacité de changer les choses. Peu importe notre univers d’origine, artiste, PDG, politicien, vedette télévisuelle, seule ceux qui bénéficient d’une notoriété et/ou d’une quelconque puissance monétaire peuvent agir comme ils l’entendent. Et mon inquiétude est donc la suivante : de nos jours pour faire de la politique, connaître parfaitement l’état du monde et les questions socio-économiques suffit-il ? Ou suffit-il seulement d’avoir un quelque chose de charismatique, ou de l’argent, pour être un politicien qui entre dans l’histoire ?

Retrospective.

J’aimerais tout d’abord remercier toutes les personnes qui ont consulté notre blog, et qui ont pu voir l’expression de notre intérêt envers un sujet qui nous intrigue: la relation entre l’art et la politique.

Une relation à deux sens tout à fait différents et néanmoins complémentaires: l’art dans la politique et la politique dans l’art.

Notre but étant de prouver que politique et art ne se dissocient pas, nous avons voulu également attirer l’attention sur tous types d’art, mais aussi tous types d’engagement politique, que ça soit un militantisme contre le régime en place, une prise de position de leader pour la lutte contre des phénomènes (parfois mondiaux), ou même une contestation collective d’une décision prise par la sphère politique d’un pays.

Plusieurs des affaires que nous avons traitées lors des précédents articles ont évolué. Je voudrais spécifier par ce billet l’affaire des élections au Sénégal.

En effet, plusieurs analystes, en voyant comment la candidature de Youssou N’dour a été refusée dans des conditions floues, ont jugé que ce même manque de visibilité et de transparence allait régner sur la campagne électorale et sur le dénouement des élections également…

Youssou N'dour en compagnie de Macky Sall. Source: Dakar Actu

Cependant, contre toute attente, le candidat favori de Youssou N’dour -après qu’il ait été éloigné de la course électorale-, et pour lequel il a fait campagne, Macky Sall, gagne les élections contre Abdoulaye Wade qui reconnait sa défaite, le 25 mars dernier. Par la suite, Youssou N’Dour a été nommé Ministre de la Culture dans le nouveau gouvernement fondé.

C’est dire que cette notoriété et influence qu’ont les artistes peut être acheminée vers des causes nobles, en les transformant en leaders d’opinion, moteurs de changement et fédérateurs d’efforts pour plus de démocratie, équité et justice dans le monde. Je m’adresse donc à eux pour leur dire:

Artistes, menez le changement.

Un dernier point de vue…

Tout d’abord j’aimerais remercier nos lecteurs, merci pour vos commentaires très subtils et intéressant pour notre blogue.

Lors de notre travail, nous nous sommes penchés sur la relation entre l’art et la politique et nous avons pu constater que ces deux mondes sont de plus en plus liés et interdépendants. En effet, aujourd’hui c’est devenu très courant, qu’un artiste se lance dans la politique ou dans l’humanitaire, pendant ou après sa carrière. Dans un de mes articles, j’ai parlé d’Audrey Hepburn, une actrice mondialement connue qui est devenue ambassadrice d’UNICEF. Mais nous pouvons nous poser la question de savoir si elle a obtenu ce poste par ses compétences dans les actions humanitaires ou par sa beauté et sa popularité qui apportent une bonne image à l’organisation ? Dans le cas d’Audrey Hepburn, ses capacités à accomplir son travail ont été prouvées car elle s’est énormément impliquée dans les différentes causes, en se rendant à plusieurs reprises à l’étranger, pour des missions. Mais d’autres artistes n’ont malheureusement pas connu une aussi bonne transition et adaptation à leur changement de profession, et ont subi beaucoup de critiques de la part de la population.

Et la morale de cette histoire …

Au cours de cette exercice, nous avions décidé d’aborder le sujet sous deux facettes : la politique dans l’art et l’art ou l’artiste dans la politique. Avec cette approche, on a pu se permettre de voir comment des artistes peuvent influencer la politique à travers leurs arts que se soi par la peinture, le cinéma, la musique ou encore la bande dessinés. Mais aussi, lorsqu’un artiste décide de quitter son rôle d’artiste pour endosser un rôle de politicien, soi à travers des élections ou part des actions directes à travers des organisations non gouvernementales ou des fondations.

 

Pour ma part, j’avais décidé de regarder plus en profondeur deux cas : la musique engagée du groupe Tryo et l’élection d’Arnold Schwarzenegger au poste de gouverneur de la Californie.

 

Pour ce qui est de Tryo, c’est personnellement un de mes groupes préférés. J’affectionne tout particulièrement l’aspect musical et je considère que les paroles de chaque chanson sont porteuses d’un message intéressant. La musique engagée fait partie de l’univers musical depuis plusieurs années et elle a pris des visages différents à chaque génération, mais elle sert à pousser la masse à prendre conscience des enjeux qui sont parfois laissés pour contre. Il y a autant d’artistes que de facettes aux nombreuses problématiques qui touchent notre vie. Tryo représente plusieurs aspects grâce à leurs chansons variées, je vous invite à visiter leur site web : www.tryo.com. Vous allez pouvoir écouter toutes leurs chansons en streaming et puiser plus d’information sur eux.

 

Arnold, Arnold… Cher Arnold, c’est toujours un plaisir d’en apprendre plus sur toi! Sans être en accord avec toutes ses décisions ou ses films (Par exemple Junior … celui où il tombe enceinte…), je considère qu’il a été une pierre angulaire à la fois dans le cinéma américain et pour la Californie. Malgré un manque d’expérience et quelques ratés médiatiques, Arnold Schwarzenegger a réussi à tenir son pari et à être élu pour une deuxième fois grâce à l’aide son équipe. Il a su prendre conseil et apprendre de ses erreurs.

 

Que ce soit avec son art ou directement en politique, l’artiste est un élément essentiel de la vie en société. La transition entre de l’art à la politique n’est pas toujours bien réussie, mais l’artiste à sa place dans notre société et a un message à transmettre autant que n’importe quel individu.

 

 

Ma vision personnelle de l’état des lieux

Le travail réalisé par notre équipe lors de ce blogue m’a permis d’en apprendre beaucoup sur une question qui me semblait évidente à prime abord.

 

J’étais déjà consciente du fait que la politique et l’art sont interreliés, mais jamais je n’avais vu la situation dans son ensemble. Grâce à ce blogue, je comprends mieux comment chaque discipline peut profiter des avantages qu’offre la seconde pour en retirer des bénéfices concrets.

 

La politique, tout d’abord, se sert de la notoriété des artistes pour mieux passer ses messages et pour rejoindre un plus large public. La politique peut aussi s’assurer que certaines causes, notamment humanitaires, soient placés à l’avant-plan de la scène médiatique en raison de l’implication de certaines vedettes. Finalement, la politique a tout intérêt à utiliser les ressources que l’art lui apporte si elle veut avoir le plus grand effet possible.

 

L’art, de son côté, profite également de son association avec la politique. Que ce soit au cinéma ou dans la bande dessinée, comme je l’ai mentionné dans mes articles, mais également en musique ou ailleurs, les artistes utilisent souvent leur tribune médiatique pour transmettre un message à travers leurs créations. L’art s’est souvent inspiré des événements politiques, récents ou historiques, pour orienter ses choix créatifs. La politique peut donc être un tremplin permettant aux artistes de susciter un débat ou d’exprimer leur vision du monde dans un contexte particulier.

 

Mais au-delà de tout cela, il reste certaines interrogations.

En politique: comment s’assurer que le message qui doit être passé n’est pas obnubilé par la notoriété de l’artiste qui lui est associé? Est-ce que la présence d’un artiste peut porter atteinte à la crédibilité du message politique?

Pour les artistes: comment un artiste peut-il éviter d’être identifié comme ne faisant que de “l’art engagé” lorsque ce n’est qu’un aspect de son oeuvre?

 

En gardant à l’esprit ces interrogations, je crois qu’il est clair que le sujet de la relation entre l’art et la politique est loin d’être clos. Chaque jour nous apporte une dépêche qui prouve que celle-ci est riche en collaboration de toutes sortes.  Il faudra donc rester aux aguets et se sensibiliser aux multiples liens entre artistes et politiques.

Pierre Curzi (Québec)

Pierre Curzi (Québec)

Pierre Curzi, né en 1946, a débuté sa carrière dans le domaine artistique en tant qu’acteur et scénariste avant de se lancer dans le monde de la politique. Il a marqué le cinéma québécois dès le début des années 1970, où il alterne entre télévision et cinéma, avant de se retirer en 2006. On le connaîtra comme syndicaliste, puis comme homme politique québécois. Cette entrée dans le monde politique québécois provoque une certaine controverse dans les milieux culturels, en septembre 2006, lorsqu’il annonce sa retraite de la scène « et sa démission à titre de président de l’Union des artistes afin d’aller défendre la cause souverainiste sur la scène politique. »

Sous la bannière du parti québécois, il est élu député dans la circonscription de Borduras, le 26 mars 2007 où il agit comme critique péquiste dans les « dossiers de la Culture et des communications et de l’Immigration et des communautés culturelles. » Il a été réélu en 2008, avant de claquer la porte du Parti québécois le 6 juin 2011 et renonce toujours à un éventuel retour au sein du parti voir même à tout retour politique. Il n’en demeure pas moins que selon les médias, Pierre Curzi figure parmi les politiciens favoris des Québécois. Selon l’un des derniers sondages de Léger Marketing, 5 personnes sur 10 du baromètre des personnalités politiques sont passées par la télévision avant d’apparaître sur la scène politique.

Dans une situation où lors des dernières élections de 2008, le taux de participation de la population québécoise n’était que de 53,7 % : Pensez-vous que la popularité dont jouissent les artistes, tel est le cas-ci de Monsieur Curzi peut aider à redresser la désaffection électorale ?