Un dernier point de vue…

Tout d’abord j’aimerais remercier nos lecteurs, merci pour vos commentaires très subtils et intéressant pour notre blogue.

Lors de notre travail, nous nous sommes penchés sur la relation entre l’art et la politique et nous avons pu constater que ces deux mondes sont de plus en plus liés et interdépendants. En effet, aujourd’hui c’est devenu très courant, qu’un artiste se lance dans la politique ou dans l’humanitaire, pendant ou après sa carrière. Dans un de mes articles, j’ai parlé d’Audrey Hepburn, une actrice mondialement connue qui est devenue ambassadrice d’UNICEF. Mais nous pouvons nous poser la question de savoir si elle a obtenu ce poste par ses compétences dans les actions humanitaires ou par sa beauté et sa popularité qui apportent une bonne image à l’organisation ? Dans le cas d’Audrey Hepburn, ses capacités à accomplir son travail ont été prouvées car elle s’est énormément impliquée dans les différentes causes, en se rendant à plusieurs reprises à l’étranger, pour des missions. Mais d’autres artistes n’ont malheureusement pas connu une aussi bonne transition et adaptation à leur changement de profession, et ont subi beaucoup de critiques de la part de la population.

Publicités

Danielle Mitterrand, une Première Dame très engagée

Danielle Mitterrand, née Danielle Gouze, le 29 octobre 1924 à Verdun  en France, est l’épouse de François Mitterrand qui fut le Président de la République Française de 1981 à 1995. Elle a créé la fondation France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand en 1986, dont elle fut la Présidente jusqu’à sa mort en 2011.

Le père de Danielle Mitterrand était directeur d’une école laïque, il fut révoqué en 1940 par Vichy, pour ne pas avoir dénoncé les élèves juifs de son collège et sa mère était institutrice. Danielle rejoint le maquis à 17 ans comme infirmière bénévole et sera l’une des plus jeunes médaillées de la Résistance française. Durant la période 1940-1942, sa famille hébergea régulièrement dans la clandestinité, les membres du réseau de Résistance Combat. C’est ainsi qu’elle rencontrera François Mitterrand, alors recherché par la Gestapo, dans sa maison familiale et l’épousera le 27 octobre 1944. Après la guerre, François Mitterrand fut nommé ministre des Anciens Combattants et sa femme Danielle s’occupera de la Commission pour la répartition des subventions aux orphelins. Lors de la campagne présidentielle de 1981, Danielle est aux côtés de son mari et est présenté comme une femme très engagée et simple. Dès le début du mandat de son mari, Danielle annonce « Je ne suis pas une potiche » et à l’Elysée, elle refuse de se laisser enfermer dans le protocole et parvient à utiliser la tribune que lui offre sa place d’épouse du chef de l’Etat, pour se consacrer à la défense des droits de l’Homme.

 

Que ce soit sur le plan interne ou externe, Danielle Mitterrand n’hésite pas à faire valoir son opinion politique et humanitaire très à gauche. Par exemple, à l’égard de Fidel Castro elle déclare : « L’expropriation des compagnies américaines ne m’a pas déplu. Oui, j’ai applaudi l’échec de la tentative de déstabilisation menée par les cubains anticastristes de Miami pilotée par la CIA ». Les positions de sa femme ont parfois mis le Président dans des situations délicates mais grâce à l’indépendance de cette dernière, de nombreux prisonniers politiques ont été libérés. En 1995, elle va jusqu’à embrasser Fidel Castro en public après l’avoir invité à l’Elysée et ne cesse de critiquer le gouvernement de droite de Jacques Chirac. En 1996, Danielle Mitterrand se voit Lauréate du prix Nord-Sud et elle continuera à défendre ses causes jusqu’à sa mort à l’automne 2011.

Danielle Mitterrand est une des françaises qui a le plus marqué l’histoire, c’était une femme très indépendante, qui refusait d’être juste la femme du Président et qui n’a pas hésité à s’imposer et à contredire le gouvernement de son mari. Elle a reçu pour cela, beaucoup de critiques et de mauvaises langues ont dit que son travail était de soutenir son mari et qu’elle n’avait pas à donner son opinion personnelle. D’autres disent qu’elle était le moteur de la France pendant que son mari était Président et que beaucoup de choses s’étaient réalisées grâce à elle.

Que pensez-vous de cela ?

Audrey Hepburn, une actrice pas comme les autres

Audrey Hepburn, née Audrey Kathleen Ruston, le 4 mai 1929 à Bruxelles, est une actrice britannique, qui connut un grand succès dans les années 1950-1960, avant de devenir Ambassadrice de l’UNICEF en 1988. Elle a passé une grande partie de son enfance aux Pays-Bas. A onze ans, elle décide de devenir danseuse et entre au Conservatoire de Musique ou elle étudiera jusqu’en 1944. Malgré l’occupation des troupes allemandes, Audrey se lance encore plus dans la musique et la danse et trouve un débouché pour ses talents de comédienne dans la Résistance. A cause des restrictions et de la famine de l’hiver 1944, Audrey souffre de dépression et de malnutrition, ce qui va l’obliger à arrêter la danse. Après la guerre, elle déménage à Londres ou elle étudiera et travaillera comme mannequin avant de commencer sa carrière d’actrice en 1948. Grace à la pièce Gigi qui fut un succès, elle entra à Hollywood en 1953 ou elle commencera à tourner avec les plus grands acteurs et recevra de nombreux oscars. Quelques années plus tard, elle jouera  aux cotés de Sean Connery ou encore dans des films réalisés par Steven Spielberg.

A la fin des années 1980, la carrière d’actrice d’Audrey touchait à sa fin et elle décida de se lancer dans l’aide humanitaire. Cette décision était très importante pour elle et était une forme de reconnaissance aux Nations Unies, car comme elle le disait elle-même :      «J’étais une enfant sous-alimentée pendant les années de l’après-guerre. J’ai bénéficié des services de l’UNICEF, j’ai connu l’UNICEF toute ma vie ». Elle fut donc officiellement nommée Ambassadrice de Bienveillance de UNICEF le 8 mars 1988. Audrey s’impliqua énormément dans son nouveau rôle et effectua de nombreux voyages dans des pays en voie de développement afin de soutenir les enfants et de lever des fonds. En plus de cela, elle participa à une série télévisée intitulée Gardens of the World with Audrey Hepburn et enregistra aussi un CD de contes pour enfants, Les Contes enchantés d’Audrey Hepburn. En 1993, elle décéda à l’âge de 63 ans, suite à un cancer. En 2002, une statue fut inaugurée en sa mémoire au siège de l’organisation internationale à New York et Roger Moore déclara : « Nous sommes réunis pour célébrer la vie de notre amie Audrey Hepburn et sa seconde carrière, encore plus brillante, d’Ambassadrice de l’UNICEF ».

On peut se poser différente questions suite à l’implication d’Audrey Hepburn à UNICEF : Correspondait-elle vraiment au profil d’une ambassadrice ou a-t-elle seulement été choisie pour sa popularité ? Son travail a-t-il répondu aux attentes de la population ?

Personnellement je pense qu’il n’y a pas de profil type pour faire partie d’une organisation internationale comme UNICEF qui profite souvent de l’appui de personnalités internationalement reconnues. Selon moi, Audrey Hepburn était plus qu’une actrice ordinaire, son passé a motivé son choix pour s’engager, elle a vraiment pris son rôle à cœur et n’a pas seulement été qu’une figurante. C’est une personne charismatique grâce à sa carrière de comédienne, mais je pense que ses nombreuses missions pendant son cours mandat, ont prouvées qu’elle était capable et elle a obtenu une reconnaissance internationale pour son travail, notamment avec la création de l’Audrey Hepburn Children’s Fund en sa mémoire.

Qu’en pensez-vous ?