Retrospective.

J’aimerais tout d’abord remercier toutes les personnes qui ont consulté notre blog, et qui ont pu voir l’expression de notre intérêt envers un sujet qui nous intrigue: la relation entre l’art et la politique.

Une relation à deux sens tout à fait différents et néanmoins complémentaires: l’art dans la politique et la politique dans l’art.

Notre but étant de prouver que politique et art ne se dissocient pas, nous avons voulu également attirer l’attention sur tous types d’art, mais aussi tous types d’engagement politique, que ça soit un militantisme contre le régime en place, une prise de position de leader pour la lutte contre des phénomènes (parfois mondiaux), ou même une contestation collective d’une décision prise par la sphère politique d’un pays.

Plusieurs des affaires que nous avons traitées lors des précédents articles ont évolué. Je voudrais spécifier par ce billet l’affaire des élections au Sénégal.

En effet, plusieurs analystes, en voyant comment la candidature de Youssou N’dour a été refusée dans des conditions floues, ont jugé que ce même manque de visibilité et de transparence allait régner sur la campagne électorale et sur le dénouement des élections également…

Youssou N'dour en compagnie de Macky Sall. Source: Dakar Actu

Cependant, contre toute attente, le candidat favori de Youssou N’dour -après qu’il ait été éloigné de la course électorale-, et pour lequel il a fait campagne, Macky Sall, gagne les élections contre Abdoulaye Wade qui reconnait sa défaite, le 25 mars dernier. Par la suite, Youssou N’Dour a été nommé Ministre de la Culture dans le nouveau gouvernement fondé.

C’est dire que cette notoriété et influence qu’ont les artistes peut être acheminée vers des causes nobles, en les transformant en leaders d’opinion, moteurs de changement et fédérateurs d’efforts pour plus de démocratie, équité et justice dans le monde. Je m’adresse donc à eux pour leur dire:

Artistes, menez le changement.

Publicités

Youssou N’dour: de la chanson à l’opposition

La présidentielle sénégalaise de 2012, dixième depuis l’indépendance du pays, a permis au célèbre chanteur sénégalais, Youssou N’dour, de se présenter, en ferme opposant d’Abdoulaye Wade qui lui, est candidat à sa propre succession et président depuis 2000, en tant que candidat. En effet, la star de la chanson a toujours été, à travers la chaîne de télévision et le journal qu’il possède, critique envers le régime en place.

Youssou Ndour arrivant au Conseil Constitutionnel (Source: AFP)

« Je n’ai pas fait d’études supérieures, mais la présidence est une fonction et non un métier ». C’est par ces mots que Youssou N’dour s’adresse à la nation sénégalaise afin d’annoncer sa décision de se porter candidat. Né en 1959 à Dakar, et auteur de plus de 20 albums, il est l’un des chanteurs sénégalais les plus connus dans le monde. Sa candidature n’a été une surprise pour personne au Sénégal, même que le chanteur soutient que « les sénégalais ont, par divers moyens, appelé [sa] candidature à la présidentielle ».  Et pour cause: Youssou N’dour a toujours été engagé envers son pays à la fois politiquement, socialement et économiquement, et ce à travers une société de micro-crédit qu’il a créée, une fondation caritative qu’il anime, mais aussi divers médias de presse qu’il dirige: le groupe Futurs médias, qui comprend RFM, TFM et un quotidien, se caractérisant par un regard critique envers le régime du chef d’Etat Abdoulaye Wade, et bénéficiant d’une large audience au Sénégal. Il voudrait, ainsi, se positionner auprès des Sénégalais comme étant « l’Alternative ».

Avant la vérification de la validité de sa candidature, étape précédant le premier tour du scrutin qui se déroulait le 26 février 2012, Youssou N’dour se disait confiant, convaincu du fait qu’il s’agit d’un devoir que de se présenter à la présidentielle, pour lui, et déterminé à barrer le chemin à Abdoulaye Wade. Cependant, le 27 janvier 2012, le Conseil Constitutionnel en décide autrement. En effet, il ne valide pas la candidature du chanteur, mettant ainsi fin aux aspirations de Youssou N’dour au poste de Président de la République du Sénégal. Ce refus a suscité une vague de violences partout dans le pays, plus particulièrement à Dakar, qui s’embrase d’autant plus que la candidature controversée d’Abdoulaye Wade, elle, a été acceptée, malgré les divergences d’interprétation sur sa validité, compte tenu du changement de la constitution au cours de son mandat.

Cependant, ce n’est pas pour autant que Youssou N’dour baisse les bras et cesse son opposition politique fervente à ce dernier. En effet, il affirme: « Je suis candidat. Je le reste », gardant ainsi en vue son objectif premier, qui est celui de mener campagne contre Abdoulaye Wade. C’est dans cet esprit qu’il soutient le candidat du parti « Alliance pour la République » Macky Sall, qui obtient 26,58 % des voix au premier tour et devient donc le premier opposant à Wade dans la course à la présidence.

Macky Sall, candidat à la présidentielle sénégalaise (source: Rignese)

La star de la chanson justifie son choix de soutenir l’ancien premier ministre, après le rejet de sa propre candidature, en déclarant que « Macky Sall est la personne la mieux placée pour sauver le pays: il suscite l’espoir de tous les Sénégalais ».

Comment verra-t-on les prochaines manifestations de l’engagement politique de Youssou N’dour? Va-t-il profiter de son influence sur une grande partie de la population sénégalaise afin de maximiser les chances de son candidat favori? Va-t-il attirer les indécis à travers son art, en s’engageant dans une campagne promotionnelle où il composera et chantera pour Macky Sall?